Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 18:25



Récemment intéressé par les grandes distances en vélo, deux courses se présentent en Septembre, Huangshan-Shanghai 400km et Taihu Lake 240km, je ne me sens pas encore prêt et je trouve des excuses pour ne pas y aller. Je suis bien déçu, car quand je vois les performances et les photos des gars qui y ont participé, ça a l’air extra. Se présente alors le Challenge Factory 5, je n’hésite pas et je m'inscris donc directement. Je finis par le faire en équipe de deux avec Marcin, un ami de shanghaicycling. Un grand merci à lui, sans je serai toujours sur la route à pédaler ou à chercher mon chemin sans ce bon partenaire.


Le Challenge: Organisé par Nelson Trees, membre assidu du club Factory 5 bien connu à Shanghai. C'est plus un challenge qu'une course. Vendredi 16 octobre à minuit, on a 24 heures pour atteindre le sommet du Pic Moganshan et revenir. L'inscription se fait en individuel ou par équipe de deux. Le drafting est interdit pour les individuels et est autorisé dans les équipes. Le course est non assistée, on doit donc prendre son propre ravitaillement ou l'acheter en cours de chemin.

Parcours: Seul un critère est requis, passer par le sommet et revenir. Cela nous laisse donc le choix du parcours. Evidemment, pas de surprise, tout le monde choisi le même chemin. Vers l'est sur Huqingping Highway, puis vers le sud vers Moganshan et retour même trajet. Cool, ça réduit les risques de se perdre. La majorité du parcours est plat sauf la montée du pic de Moganshan de 5km super abrupte et très dure à monter.

Les Cyclistes: 17 personnes sont inscrites, tous des habitués du Factory 5, Marcin et moi. 3 paires et le reste en individuel. La plupart avec des vélos à vitesses, quelques-uns en fixies. A part Nelson qui a tenté la Transcontinentale cette année, pour tout le monde ça sera la plus grande distance parcourue en une seule fois.

La Météo: Nous sommes chanceux, aucunes pluies annoncées. Dans les 20-21 degrés vers minuit, 16-17 degrés à Moganshan vers 5-6heures du matin et 24-25 degrés pendant la journée avec soleil pétant.

Le Matos:
Le sac: Avant la course, je m'informe beaucoup autour de moi, je lis sur internet les récits de ceux ayant déjà tenté l’aventure. Apparemment, c'est le vélo qui doit tout porter et pas le cycliste. J'achète donc une espèce de support attaché à la potence de la selle pour y mettre mon sac. Sac que je fourre à craquer de trucs dont je n'ai pas besoin.... De la nourriture, deux lampes, des piles, une grande bouteille d'eau de 1,5 litre (départ minuit donc on s'attend à ne pas voir de magasin ouvert avant 6 -7h du matin, on oublie cependant qu’on n’est pas en Europe ici et que beaucoup de magasins sont ouverts la nuit), trois chambres à air, un outil multifonction, des leviers pour pneu, des patches. Mon sac est rempli à ras bord, ce qui fait mon vélo peser au moins 5 à 6kg de plus qu'en temps normal.
Les vêtements: Je choisis une tenue estivale, un jersey à manche courte, un short et un coupe-vent léger, que j'ai d'ailleurs failli ne pas prendre, heureusement que non car le matin il fait plus que froid.
Lampes: Deux lampes Cateye pour mettre à l'avant et une petite lampe rouge à l'arrière. On a de la chance, la majeure partie du parcours est éclairée. Par contre, il y a quelques parties en construction où la grosse lampe de Marcin s’avère beaucoup plus puissante et clairement plus utile que mes deux petites lampes. Je n'imagine pas ce que ça aurait pu être pour un parcours en rase campagne.

Nourriture: Je prends 8 gels, 8 barres céréales, 3 barres énergisantes. Et comme nourriture consistante, on m’avait conseillé des gâteaux de riz, des pâtes ou des hamburgers. J’opte pour des hamburgers au poulet de chez KFC sans salades et sans sauce que j'emballe séparément dans un film cellophane. Je prends en plus trois triangles de riz et des barres Wattz.

Le Voyage:
Les trois jours précédents la course, j'essaie de manger beaucoup de repas à base de glucides mais c'est pas vraiment gagné. Vendredi soir après le travail, je mange des pâtes et j'en laisse pour 23h. J'essaie de dormir entre 20h et 23h mais c’est impossible, tant pis on y va, je suis prêt! Petit briefing au Factory 5 vers 23h30, je regarde les vélos des participants, aucuns avec porte-bagages comme moi, tout le monde voyage léger, mince.

Pour la course, Marcin et moi décidons de nous relayer à l'avant tous les 2 km, c'est Marcin qui a le GPS, c’est donc lui qui annonce les changements en criant. On fait comme ça les 200 premiers kilomètres et pour le retour, cela se fait plus naturellement, mais surtout ça évite à Marcin de crier 200 fois…

0-100km, Ça pousse sur Huqingping: Départ à minuit juste après la photo de groupe. Tout le monde part du Factory 5 dans des directions différentes. Nous faisons l'erreur de prendre un chemin un peu plus long pour rattraper la Yanan et nous rattrapons seulement les premiers cyclistes juste avant l'aéroport de Hongqiao. On est sur les chapeaux de roues à une vitesse de 30-35kph, mon vélo est super lourd et ça se sent, tant pis, je me sens bien, ça roule bien. On dépasse seulement Nelson le leader après 40km, la machine! On continue d’imprimer un tempo élevé pendant 90km sur HQP et je commence fatiguer, mais je sais qu’on va faire une pause au 100e km. On s’arrête finalement, ouf. On est convaincu d’être les premiers, pas de pression et notre pause de 5min devient une pause de 15min. Je mange une banane, un triangle de riz mais surtout, je me débarrasse de ma grande bouteille d’eau en la versant dans nos petites bouteilles. Ca y est, on repart.


100-200km, Arrivée froide dans les montagnes: Requinqué, on repart sur la route. On quitte HQP pour prendre une route moins fréquentée vers le sud. Mon vélo est beaucoup moins lourd, j'ai quasi l'impression de voler. On s'est refroidi, la température aussi, on enfile notre coupe-vent. On continue sur un tempo un peu moins rapide cependant. Mais apres une heure de route, la fatigue commence à sentir, pas vraiment la fatigue du corps mais plutôt envie de dormir, faire du vélo à 4h30 du matin c’est pas très normal tout ça, on lutte. Vers les 5 heures du matin, il fait carrément super froid et je supporte bien mon coupe-vent. Au fur et à mesure que la nuit s'en va, on voit les premières formes de montagnes se dessiner, et ça commence à ne plus être si plat comme sur Huqingping. Vers les 7h, une autre pause de 15 minutes. On est toujours les premiers. On reprend la route, le décor est sublime, presque pas de voitures, pas de camions, une route pleine de courbes qui s'enchainent, cela valait la peine de rouler 160km.

Il reste 20 km avant le sommet et le GPS nous envoie dans un cul-de-sac, le temps que nous retrouvons notre chemin; chargeons les batteries il faut bien 15min, on imagine déjà les autres cyclistes nous dépasser, surtout qu’un des gars envoie un message sur le groupe wechat disant qu’il est déjà à Moganshan. Il nous reste 15km et 5km de côte.

Finalement, on atteint le bas du pic Mogansgan, on commence à monter, c’est super dur et on le sent, en plus avec 195km dans les jambes. Mais étonnement, j’apprécie, c’est la plus belle partie de tout le voyage et je la vois quasi au ralenti. De plus je me concentre sur gros burgers que je vais me taper en récompense, trop même.

Nous sommes presque au sommet que je vois arriver Nelson descendant comme une balle, vraiment? Quand nous a-t-il dépassés? En fait, il a pris un chemin légèrement plus long, ce qui l’a remis devant nous lorsque nous faisions notre première pause, lui ne s’est arrêté que quelques minutes et a gardé une vitesse constante. Marrant, lui aussi croyait qu’on était devant lui.

On arrive en fin au sommet, et on a besoin d’une pause encore plus longue pour récupérer, on mange deux burgers, on s’étire et on se prépare à rentrer, on est seulement à la moitié! Pendant un moment, l’idée de rattraper Nelson nous traverse l’esprit, il est une heure devant, c’est impossible! Les autres cyclistes ne sont pas encore arrivés au sommet, on ne sait pas où ils sont mais on sait qu’on doit se dépêcher.


200-300km, fin des haricots et second souffle: En descendant le pic, on croise tout le groupe des cyclistes, ils n’étaient vraiment pas loin. Je suis très impressionné de voir ce que nous pouvons tous faire, rouler 200km la nuit et finir par une montée de la mort, c’est du délire! Arrivé en bas, mes forces me lâchent, plus aucune énergie, et je n’arrive plus à suivre Marcin même en le draftant, pendant presque 20km je suis tant bien que mal. Non seulement, je suis super déçu de ma performance mais surtout inquiet, comment vais-je rentrer à ce rythme-là, il reste 190km! Nous nous arrêtons dans une station essence, je me débarrasse de mes deux bouteilles d’eau avec tablettes électrolytes que je n’ai pratiquement pas touchées, je les remplace par de l’eau normale, je bois un thé froid sucré et je trouve mes cookies favoris lors des rides du samedi. Je récupère de l’énergie et après 10km, je suis de nouveau d’aplomb. Mais c’est au tour de Marcin de faiblir, son genou lui fait mal et ça a l’air de s’empirer à chaque foulée. Tant pis, on lutte, on se relaie, on fait plus de pauses et finalement on arrive à se tirer jusque Huqingping.

300-400km, Long, très très long Huqingping: On est crevé et le trafic commence à s’intensifier, mais on avance toujours, avec même quelques poussées. On connaît Huqingping par cœur mais elle n’a jamais été aussi longue qu’aujourd’hui. On arrive au centre-ville vers 18h, horrible, tout est embouteillé. Finalement, nous sommes les deuxièmes arrivés au F5 peu avant 19h, et deux heures après Nelson, incroyable, il serait même arrivé beaucoup plus tôt avant s’il n’avait pas une réparation d’une heure. Les autres cyclistes sont loin loin derrière, je n’imagine pas si j’avais dû faire ça tout seul, de gros gros kudos pour eux. Le dernier gars arrive finalement juste avant la fin des 24 heures.

Que changer la prochaine fois?
- abandonner le porte-bagage et adopter un sac intégré au cadre beaucoup plus léger et pratique
- manger et boire des choses dont j’ai l’habitude, ces tablettes électrolytes m’ont tuées
- étudier le parcours sur une carte au lieu de suivre le GPS les yeux fermés
- moins pousser au début, des pauses plus courtes et un rythme plus constant.

Flybys: un playback de tout le challenge sur une carte, super cool pour ce type d’évènement où on peut voir tous les cyclistes d’un coup, par où il sont passé et quand, les pauses, s’ils se sont perdus etc.
http://labs.strava.com/flyby/viewer/#414578499,o1y7GA

Un tout grand merci à Marcin, à Nelson l’organisateur et à tous les participants!

Liens:

-
Activité Strava:
http://www.strava.com/activities/414578499

-Ce même article en anglais sur le site Shanghaicycling
http://www.shanghaicycling.org/the-day-we-cycled-400km-factory-5-challenge-shanghai-moganshan-shanghai/​

- Le compte rendu de Marcin:
http://www.shanghaicycling.org/randonnee-sh-mgs-sh/
 

- Le compte rendu de Factory 5:
http://mp.weixin.qq.com/s?__biz=MzA5NjMzMDEwNQ==&mid=400057973&idx=1&sn=5b1d3a3c9761c01d156b73f4c94ddd5c&scene=0#rd




 

Partager cet article

Repost 0

commentaires